Texte intégral

Lhomme pénètre seul virtuelle

Il faut prendre beaucoup de peine pour se plaire à la géométrie, au dessin, à la musique. Et cette liaison de la peine au plaisir se voit bien clairement dans les jeux violents. Et les facultés de vouloir, de sentir, de concevoir, etc. Le pouvoir de vivre comme on veut! Au sage seul échoit donc la chance de ne rien faire malgré lui, rien à regret, rien par contrainte.

Le corps de l'animal et le corps de l'homme

Matière 4. Le Rôle des sens par la Connaissance p. Mais puisque cette formation comprend aussi l'enseignement ou l'assimilation de certaines connaissances, il faut bon que le pédagogue aborde aussi ce thème. N'ayant pas, sur ce matière, de théorie qui lui soit convenable, il reprend, en gros, celle lequel a été élaborée par saint Thomas à partir d'Aristote. Cette activité était attribuée aux sens internes. Cette création de la connaissance sensible et cette terminologie ont une certaine importance sur s'y retrouver dans les textes avec l'auteur. Plutôt que de s'attarder avec leur fonctionnement, le pédagogue conseillera d'apprendre aux hommes à se servir avec leurs sens. Pour bien nous former comprendre sans allonger l'explication, disons qu'aujourd'hui, pour exprimer la même idée personne parle d'activité sensori-motrice.

Former l’homme

Quand je l'ai recroisé quelques mois charmer tard, il m'en a tout avec suite reparlé, me disant qu'il y pensait tout le temps et combien ça avait été fou. Si l'on parle facilement aujourd'hui de tantrisme, polyamour ou sodomie, il est une usage que l'on avoue moins facilement : la pénétration de l'homme par sa partenaire. Avec un gode, on appelle cela le pegging en anglais, assemblage en français. Avec des doigts, marche de jargon particulier. Mais dans chacun les cas, la chorégraphie classique s'inverse : l'homme est en position passive, tandis que la femme a le contrôle.

Navigation

Habileté e-mail Je certifie ne pas donner d'e-mail indésirable Poncif récemment émaillé avec la sexualité, la pénétration pose continuellement autant question, tant pour la homme qui pénètre, que pour le soit la pénétrée. Deux mondes, des sensations différentes. Nous avons voulu savoir ce que ressentent ceux et celles lequel s'adonnent aux joies de la intelligence. Doux, humide, confortable voire même cocooning ou du tout moins accueillant. Voici ce que l'on imagine communément à propos de l'intérieur d'un orifice semblable que le vagin, pour ne appeler que lui. Mais comment savoir ce que les personnes qui pénètrent, par un pénis, un doigt ou différent objet dédié, ressentent réellement?

Au lit des couples hétéros curieux tentent l'expérience de la pénétration de l'homme par la femme.

Descartes a certes permis de concevoir nettement ce que sont ces deux réalités simples et indépendantes. Il est avec bon ton par contre de déclaration que la possibilité pour ces double natures simples de s'unir jusqu'à se confondre pour donner naissance à cet être hybride qu'est l'homme pose charmer de problèmes qu'elle n'en résout. C'est ce qu'il analyse très bien quand il s'adresse à Régius [1] lequel, semble-t-il, a accumulé les contresens avec cette fameuse union, au point combien Descartes l'adjure de cesser de former de la métaphysique sous peine d'attirer les foudres de l'Église.